L'orthographe lexicale en dictée

Qui a déjà rencontré un élève qui adorait l’orthographe ? Genre, c’est sa passion, il adooooooore apprendre comment s’écrive les mots. Alors, qui ? Toi, là-bas, au fond ? Bah t’as bien d’la chance !

De mon côté, je n’en ai encore pas vu… enfin, il y en a bien un ou deux qui ne rechignent pas, mais de là à dire qu’ils aiment…

Je n’ai jamais vraiment eu de soucis à orthographier les mots, et pourtant… je suis fâchée avec l’orthographe, moi.

C’est teeeeellement pas intuitif… J’ai fait des études de lettres, j’ai eu des cours d’étymologie, de lexique, de syntaxe, de linguistique… Pwouah… J’ai mangé le la grammaire et de l’orthographe, en veux-tu, en voilà, et même de la grammaire et de de l’orthographe de langues martes… Et même maintenant, dans ma p’tite tête, quand de dois écrire “piscine” je me dis “piskine” pour me souvenir du “c”.
C’est sûr, à un moment, on réfléchit plus trop, à condition de pratiquer régulièrement l’écriture et la lecture, et de ne pas avoir de troubles du langage…

C’est là qu’on dit “Coucou les troubles dyyyys !”
(Enfin, même sans trouble dys, l’orthographe, c’est quand même la plaie, d’ailleurs, allez voir cette conférence TEDx d’une vingtaine de minutes : La faute à l’orthographe si vous voulez vous marrer et (re)prendre conscience de la richesse étouffante de l’orthographe française)

Lors de ma première année d’enseignement, j’étais en SEGPA. Une SEGPA où j’avais une classe double 6e/5e, et où j’étais la seule enseignante de SEGPA, sans directeur de SEGPA. (Eh ouais, c’est possible)
J’avoue tout : j’étais complètement paumée. J’avais demandé de la SEGPA, mais j’savais pas que je pouvais me retrouver dans ce genre de situation !

J’ai donc demandé de l’aide à une conseillère péda qui, entre autres choses, m’a parlé des éditions Multimalin.

Direct, je suis allée me renseigner, et ce fut le grand amour.

L'orthographe illustrée

Cette édition, Multimalin, a été créée par Mathieu Protin, enseignant. Il s’est inspiré d’une part de ce que disent les neuro-sciences à propos de la mémoire et d’autre part des techniques de mémorisation des champions du monde de mémorisation.

L’idée, c’est de créer des images mentales pour mémoriser les tables de multiplication, l’orthographe et la conjugaison…

En priorité, je me suis intéressée à l’orthographe illustrée. Chez Multimalin, cela se présente sous forme d’un livret, dans lequel on trouve des fiches avec l’image du mot, et des petits exercices pour aider à retenir l’image mentale du mot.  En plus de ces fiches, il y a un CD avec des vidéos dans lesquelles les mots « s’animent » pour qu’on puisse bien visualiser le sens de l’illustration.

(Ci-dessous, une vidéo pour que vous ayez une idée de ce à quoi ça ressemble.)

Plus tard, j’ai trouvé des jeux de cartes d’orthographe illustrée. Pour adapter ces ressources vraiment riches et topissimes à ma pratique, j’ai entrepris de scanner tous les mots, pour créer un nouveau format plus synthétique, que je pourrai donner à mes élèves pour qu’ils puissent apprendre les mots.

Ce que je vous propose donc ici, c’est un fichier de plus de 30 dictées, basées sur les mots d’orthographe illustrée.
(Publicité mensongère ! Pour l’instant, il n’y a que 14 dictées, mais comme on en fait 1 par semaine, à la fin de l’année, il devrait y en avoir plus de 30 🤪)

Le fonctionnement

Nous travaillons la dictée sur 4 jours :

Jour 1 Nous voyons les 4 nouveaux mots, un par un. Généralement, je leur dis le mot que nous allons apprendre, et je leur propose de l’orthographier comme ils le pensent, seul. (Évidemment, les modalités sont différentes en fonction des élèves : certains le fond sur ardoise, d’autres grâce à des lettres mobiles ou à des étiquettes de syllabes.)
Ensuite, on observe ce qu’ont fait les uns et les autres, ce qui nous permet de parler des confusions de sons etc… Pour finir, je leur donne les fiches des mots qu’ils pourront revoir à la maison, et on verbalise ce qu’on observe du côté des illustrations. + la fiche d’apprentissage pour la maison (voir plus bas).

Jour 2 et 3 On s’entraîne à orthographier les mots en classe, de manière traditionnelle (ardoise, lettres mobiles…) mais le plus souvent, c’est avec des exercices que j’ai créés sur LearningApps. Pour chaque dictée, il y a 3 niveaux. On s’entraîne tous ensemble ou par groupe. (ces exercices LearningApps sont aussi proposés aux élèves sur leur fiche d’apprentissage, voir plus bas)

Ci-dessous les différents niveaux d’entraînement des exercices pour une même dictée.

Jour 4 On réalise l’évaluation de la dictée sur le cahier du jour, mais avant, si un mot va être au pluriel, ou va être conjuguer dans le texte, on observe le texte de la dictée ensemble, et on explique quelle règle va s’appliquer pour lesdits mots.

L'évaluation de la dictée

Il y a 4 niveaux d’évaluation de la dictée.

Niveau 1
2 propositions d’orthographe du mot sont proposées. L’élève doit entourer la bonne.

Niveau 2
Il s’agit d’un texte à trous : il y a 1 tiret pour chaque lettre.

Niveau 3
Texte à trous toujours, mais il n’y a plus le nombre de lettres. Il y a les 4 mots obligatoires + les mots bonus.

Niveau 4
L’élève écrit la dictée en entier.

Ce sont les élèves qui choisissent quel niveau ils font. Je ne vous cache pas que je les oriente… Mais c’est assez motivant pour eux. Ils ont souvent envie de faire un niveau au-dessus de celui qui devrait leur corrrespondre. Dans ces cas-là, perso, je laisse faire, et si il y a trop d’erreurs, on en reparle en tête à tête et on réfléchit au choix du prochain niveau.

Fiche d'apprentissage des mots à la maison

Compétences mobilisées

Assez vite, en pratiquant cet exercice, je me suis rendue compte que ce n’était pas tellement une « vraie » dictée.

Je m’explique : une dictée, c’est un exercice dans lequel on applique des règles d’orthographe à la fois lexicales et grammaticales. Ici, j’évalue surtout l’orthographe lexicale… Et ça me posait problème, parce que j’avais l’impression que ma dictée était donc bancale, incomplète…

Alors zoup, je me suis replongée dans les programmes. Et voilà ce que j’ai trouvé, côté compétences :

Cycle 2
• Mémoriser des mots fréquents et irréguliers.

Cycle 3

• Connaître l’ensemble des sons et les écrire (le plus souvent possible, les mots à apprendre ont un son complexe commun)

Ouf… ça va, j’suis pas trop paumée avec ce format de dictée, qui permet donc de travailler majoritairement l’orthographe lexicale !

Évidemment, je n’abandonne pas l’orthographe grammaticale et syntaxique ! Seulement, ce n’est pas le même format, et je me suis penchée vers les dictées muettes. Une idée directement inspirée d’Alice en ULIS et réadaptée à ma sauce, que je vous présenterai dans un prochain article ! =)

C’est un travail fastidieux, et on n’est pas à l’abri de coquilles ! Si vous en voyez, n’hésitez pas à me les signaler, que je puisse les corriger rapidement ! 😉

Télécharger
Fiches apprentissage des mots
+ fiches d’éval

Télécharger
Fiches des mots illustrés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *